LES GRANDS OBJECTIFS DU SOUS-SECTEUR DE L’AGRICULTURE

Les objectifs de la politique agricole nationale sont orientés :
- vers la recherche de la sécurité alimentaire
- vers la préservation des ressources naturelles pour une garantie de durabilité
- vers l’amélioration de la qualité et des quantités à l’exportation
- vers la lutte contre la pauvreté et l’amélioration des revenus du paysan.

Investir au Cameroun dans la production agricole est une opportunité de grande qualité, car le secteur offre un potentiel certain de réussite.

L’accès à la terre est régi par le Régime foncier et domanial. Toute terre non mise en valeur relève du domaine national.  L’Etat a de ce fait la possibilité de mettre à la disposition de tout investisseur privé des terres relevant de son domaine.

CRENEAUX PORTEURS

Les filières stratégiques

Les cultures vivrières structurantes :

LE MAIS :
Culture intensive du maïs pour l’alimentation du bétail et pour l’industrie agro-alimentaire locale et sous régionale.

L’ARACHIDE :    
L’arachide contribue à la réalisation des rations alimentaires équilibrées. La large gamme des produits et sous produits et leurs multiples usages font d’elle une culture très demandée sur le marché.

LE MANIOC :
La culture du manioc dont les tubercules et les feuilles sont consommés tant dans l’alimentation humaine que celle des animaux, ses racines sont très riches en amidon, lequel est utilisé dans l’industrie textile, alimentaire (préparation de biscuits, de tapioca, des pâtes alimentaires, de colles, glucose) et aussi dans la production d’alcool.

LE PALMIER A HUILE :
qui produit 5 et 7 fois plus d’huile que l’arachide ou le soja. Sa pulpe de ses fruits donne l’huile de palme et son amende donne l’huile de palmiste. La demande très élevée fait de lui un produit très recherché et rémunérateur pour le producteur.

LE RIZ ET LES AUTRES CULTURES VIVRIERES :
L’objectif de développement de la riziculture est de combler à terme l’insuffisance de l’offre nationale actuellement couverte par les importations de l’ordre de 300 mille tonnes par an. Pour ce faire, le MINADER entend promouvoir les nouvelles variétés adaptées aux conditions agro écologiques du pays et les investissements privés dans les bassins de production.

Les cultures de rente :
Le cacao, Le café, Le coton,  Le thé, L’hévéa, L’ananas et la banane dessert.